La représentation togolaise de l’Organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a débuté une série de formations à l’endroit des femmes transformatrices de poisson sur l’est du littoral togolais, le mardi 06 août 2019 à Katanga dans la zone portuaire. Axée sur les bonnes pratiques de l’hygiène et de fabrication des produits de la pêche et de l’aquaculture, cette formation s’inscrit dans le cadre du projet «UTF/TOG/017 renforcement par des AGRs de la résilience des femmes et des jeunes de la zone littorale du Togo face aux changements climatiques », initié par le ministère en charge de l’environnement et aussi soutenu par la Banque Africaine de Développement (BAD) et le Fond Mondial pour l’environnement (FEM).

En réalité, il s’agit d’amener les transformatrices de poisson à maitriser les bonnes pratiques dans leurs opérations de traitement, de séchage, de salaison et de fumage de poisson à petite échelle, en respectant les exigences en matière de sécurité alimentaire et de réduire au maximum, les pertes post-capture. En les aidant pour garantir une activité rentable et pérenne par ce biais, la cible ne sera plus amenée à s’adonner au prélèvement de sable et de gravier marin constaté le long du littoral, aggravant de ce fait, l’érosion côtière engendrée par les effets du changement climatique qui est par ailleurs, à l’origine de la perte de l’activité de pêche, jadis source de revenus desdites populations.
Au moins 170 transformatrices de poisson bénéficieront de cette formation jusqu’au 27 de ce mois d’août, dans d’autres villages sur l’est du littoral.

Dans ce dossier-reportage (video), nous vous proposons de suivre la phase théorique et surtout pratique de ladite formation, qui a suscité un grand intérêt auprès des participantes rencontrées sur le terrain.

Chris. A

Partager sur les réseaux

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
WhatsApp