La capitalisation des acquis du Projet d’Amélioration Durable et Intégrée des Conditions de Vie des Détenus au Togo (PADIC-VieD) était au cœur des préoccupations de plusieurs acteurs impliqués dans la lutte pour une meilleure situation de vie dans les prisons togolaises, le mercredi 14 août dernier à Atakpamé.

Porté par l’Association de Lutte contre la Lèpre et la Tuberculose (DAHW), la Coordination des Partenaires des Prisons du Togo (COPAPTO) et l’ONG Conseils Gestion Appui aux Territoires/Initiatives des Collectivités pour la Bonne gouvernance (CONGAT/ICB) réunies en consortium, PADIC-VieD a permis aux détenus et ex détenus de 12 prisons sur les 13 que compte le Togo, de connaitre entre autres, une meilleure alimentation, des prises en charge en soins de santé primaire et chirurgicale et aussi de programmes de réinsertion. À un mois de la fin du projet en réalité, la rencontre d’Atakpamé a eu pour objectif principal, de mobiliser des ressources supplémentaires en vue de la continuté des actions . Aussi, était-il question d’amener les collectivités territoriales à insérer dans leur programme budget, la question des détenus pour l’amélioration de leur condition de détention sur plusieurs plans notamment, nutritionnel, sanitaire, l’eau et l’assainisement.

Les détails sur le sujet à lire dans le reportage video.

Chris A.

Partager sur les réseaux

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
WhatsApp