ECO CONSCIENCE TV
Pour des citoyens eco-responsables

Cinq (05) rapports d’étude technique et d’établissement des chaînes de valeur sur les filières miel, karité, néré, plantes médicinales et le moringa, toutes reconnues comme des produits forestiers non ligneux (PFNL) ont été adoptés ce jeudi 28 juin 2018 à Notsé (91 km au nord de Lomé). Inscrit dans le projet d’appui à la valorisation et à la modernisation des filières des PFNL au Togo, il est initié par le Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières (MERF) et financé par la FAO. Il s’est agi en réalité d’apporter des touches aux résultats présentés après deux visites de terrain des experts recrutés pour étude sur ces filières, afin qu’ils servent de documents officiels pouvant aider à leur promotion en faveur des producteurs et des consommateurs .
En effet, malgré l’importance de ces 5 PFNL dans la vie des togolais, ils ne font pas assez objet d’une appréciation à leur juste valeur dans les initiatives de gestion des ressources naturelles. La validation alors des 5 documents correspondant à chaque filière, permettra selon Oyetounde DJIWA, chargé de programme à la FAO de voir en terme de politiques et stratégies au niveau du Togo, le processus par lequel on pourra aller plus loin que ce qui se fait jusque là afin que ces produits puissent contribuer à nourrir les populations, mais aussi à enrichir les acteurs.
“Les actions à mener doivent permettre de connaître davantage la disponibilité en terme de produits non ligneux et par ces produits, voir lesquels sont porteurs de richesse. L’appui concernera à travers cette étude de terrain, les questions de potentiel, de transformation et les conditions de qualité ” a laissé entendre le coordonnateur du projet, Moussa SAMAROU.
Il est à noter que ces 5 PFNL ont été sélectionnés au cours d’un atelier tenu en janvier dernier à Atakpamé, comme les plus importants au Togo et pour lesquels la définition de nouvelles perspectives plus respectueuses de leur valeur était nécessaire. C’est pour cela que d’ailleurs à l’ouverture de l’atelier, le préfet de la préfecture de Haho, Awo TCHANGANI a insisté sur la contribution économique que ce secteur pourrait apporter au développement du pays.
En ce qui concerne les recommandations formulées à l’issue des travaux, on peut entre autres noter, l’encouragement des rencontres sous régionales pour un partage d’expérience sur les différentes filières retenues, la décentralisation des laboratoires d’analyses agro-alimentaires dans les chefs lieux de régions et aussi, les types d’appui à donner aux tradipraticiens.
Cet atelier de deux jours ( 27 et 28 juin 2018) a réuni une soixantaine d’acteurs dont des producteurs des 5 PFNL de toutes les régions du Togo, des experts du MERF et des fonctionnaires de la FAO.
C. A

Partager sur les réseaux

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
WhatsApp