Ouvert du 11 au 19 juillet 2017 au siège de l’ONU à New York, le Forum politique de Haut niveau sur les ODD a connu la participation du Togo.

Le Premier ministre togolais M.Komi Selom Klassou a présenté lors de la session ministérielle du forum les grands avancés concernant la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (ODD) au Togo.

Eco Conscience TV vous propose l’intégralité de sa présentation

Rapport du Togo, présenté par
Dr Komi Selom KLASSOU, Premier Ministre et Chef du Gouvernement

Monsieur le Vice-Président ECOSOC et Président de séance,
Mesdames et Messieurs,
Le rapport du Togo, cette année, sera présenté en deux temps. Les deux formats se complètent et montrent l’engagement du Togo dans la réalisation des ODD. Je voudrais tout d’abord remercier l’ECOSOC pour avoir invité le Togo pour la 2ème année consécutive à présenter son rapport sur le thème : « Eradiquer la pauvreté et promouvoir la prospérité dans un monde en mutation ».

Monsieur le Président,
Avant tout propos, permettez-moi de transmettre à cette auguste assemblée les cordiales salutations du Président de la République Togolaise, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE qui ne ménage aucun effort afin que le Gouvernement que nous avons le privilège de diriger intègre, non seulement les ODD dans notre politique nationale de développement (PND), mais crée les synergies optimales de leur mise en œuvre pour une meilleure croissance inclusive et généralisée offrant des possibilités à tous.

L’expérience du Togo ayant fait l’objet d’un rapport circonstancié en 2016, mon propos ici serait de rappeler brièvement notre méthodologie d’intégration des ODD dans les instruments nationaux de planification, puis d’indiquer quelques projets intégrateurs clés réussis et les défis.
S’agissant du processus d’intégration des ODD, il est dans sa phase finale cette année marquée par la dynamique de validation du Plan National de
Développement (PND) pour la période 2018-2022. Au cours de la phase d’appropriation nationale qui a démarrée avec les consultations nationales tous. Les acteurs du développement ont été sensibilisés tant au niveau local, régional que national avec l’implication des organisations de la société civile ici représentes. Quant à la phase d’intégration, elle a consisté à prioriser les cibles des ODD en lien avec les objectifs nationaux et autres objectifs comme l’Agenda 2063 de l’Union Africaine et l’Agenda 2020 de la CEDEAO.
Ainsi, pour plus de cohérence et d’efficacité, nos politiques sectorielles sont alignées sur le PND avec comme principe cardinal : l’application de méthodes intégrées. Pour l’objectif n°1 relatif à l’éradication de la pauvreté sous toutes ses formes, notre action s’articule autour de deux orientations principales que sont, les politiques cohérentes pouvant entrainer durablement une croissance économique forte et inclusive et le renforcement des mesures de protection sociale.

Situé au cœur d’un échiquier régional dense et dynamique, le Togo s’emploie à devenir un hub logistique central dans la sous-région, en s’appuyant sur les infrastructures de transport telles que le Port Autonome de Lomé, les deux corridors et l’aéroport international.
Afin de lutter efficacement contre la pauvreté des couches vulnérables que sont les femmes et les jeunes, plusieurs programmes et produits financiers sont exécutés. C’est le cas du Fonds national de la finance inclusive (FNFI). De 2014 et fin mai 2017, 739 331 personnes ont bénéficié de crédits pour un montant global de +45 milliards de FCFA soit environ +79,242 millions de dollars US. Ce faisant, l’incidence de la pauvreté qui était de 61,7 % en 2006 a reculé et se situe à 55,1% en 2015. Inversement, l’espérance de vie, située à 56,6 en 2009 a augmenté et est de 60,1 en 2015.
Divers autres projets de développement communautaires et filets sociaux sont mis en œuvre. Le plus spectaculaire en cours d’exécution est le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) qui, débuté en 2016 avec l’appui du PNUD, se révèle être un meilleur moyen d’opérationnalisation des ODD. D’un coût global de 155,147 milliards de FCFA (273,242 millions de dollars US) sur trois ans (2016-2018) et utilisant la procédure « Fast Track », le PUDC permet au Togo d’œuvrer de manière résolue à la réduction significative et durable de la
pauvreté à travers l’accès aux infrastructures et services socio-économiques de base. C’est le lieu de féliciter ici publiquement le rôle important que jouent les Agences du système des Nations Unies et particulièrement, le PNUD au Togo.

Monsieur le Président,
En ce qui concerne l’objectif n°2 visant à éradiquer la faim, depuis 2013 le Togo, a atteint notablement cet objectif. Pour accélérer le développement d’une agriculture à haut rendement et promouvoir des chaînes de valeur, la nouvelle stratégie agricole 2016-2030 du Togo est basée sur la réalisation des agropoles autour des filières céréalières et à haute valeur ajoutée. L’objectif poursuivi est de consolider l’autosuffisance alimentaire, assurer l’export pour mieux équilibrer la balance commerciale agricole et enfin augmenter sensiblement le revenu des travailleurs agricoles.
Le développement des agropoles, va booster l’essor du secteur manufacturier et industriel au Togo objectif n°9 dont le rôle dans la réalisation des ODD sera d’apporter de la valeur ajoutée, de créer de la richesse et des emplois massifs
décents pour la jeunesse.

Mesdames et Messieurs
S’agissant de la bonne santé et du bien-être objectif n°3, le Gouvernement, à travers la mise en œuvre des Programmes Nationaux de Développement Sanitaires (PNDS) successifs, a permis au Togo de réaliser des progrès notables notamment en matière du VIH/sida (2,5 %). Malgré les efforts, des défis importants restent à relever. Ainsi, dans le cadre du nouveau PNDS sur la période 2017-2022, des initiatives innovantes sont prises parmi lesquelles, l’adoption de l’approche contractuelle pour une gouvernance efficace des unités de soins et la production pharmaceutique.

Pour l’ODD n°5 qui vise à réaliser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, la volonté des autorités togolaises de changer le paradigme est
réelle. Après analyse des causes, il est évident que l’atteinte de cet objectif doit passer par la promotion de la scolarisation et la formation des jeunes filles et l’alphabétisation des femmes adultes. Ainsi, l’Etat a décidé la gratuité de l’école depuis 2008 ce qui a favorisé la scolarisation des filles. A ce jour, la parité filles-garçons est une réalité au préscolaire et au primaire.

Mesdames et Messieurs
Au titre de l’ODD n°14 visant à conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les écosystèmes marins, le Togo dispose d’atouts indéniables qu’il exploite en faveur de la croissance économique : son ouverture sur la mer. Pour lutter contre la piraterie et les trafics illicites en mers, le Togo a créé l’Organisme national de l’Action de l’Etat en Mer (ONAEM) dont l’objectif est de préserver les intérêts maritimes.
Dans cette logique et suite au sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine, sur la sécurité et à la sureté maritimes et le développement en Afrique, qui a abouti à la signature de la Charte africaine sur les océans en octobre 2016 dite « Charte de Lomé », le Togo est en train de formuler une stratégie ambitieuse de développement de l’économie bleue. C’est le lieu d’inviter les investisseurs à saisir les avantages comparés et à profiter de la sécurité, de la paix et de la stabilité politique pour venir investi au Togo.

Monsieur le Président,
En ce qui concerne enfin l’ODD n°17, le Togo met en œuvre une stratégie de mobilisation optimale de ressources internes et privilégie le partenariat.
Le leadership institutionnel et politique est nécessaire pour impulser la mise en œuvre des ODD. Aussi, le Togo, a-t-il initié dans un cadre partenarial le programme national de renforcement de capacités et de modernisation de l’Etat pour le développement durable (PNRCME-DD), avec l’appui du
Département des Affaires Economiques et Sociales (UNDESA) et du PNUD. Un séminaire gouvernemental s’est tenu en mai dernier à Lomé sur le thème «Transformer la gouvernance et l’administration publique au Togo pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable ». C’est dans ce contexte que le Togo s’honore du choix porté sur lui pour organiser avant la fin de cette année 2017, le premier symposium africain sur
la gouvernance des ODD. Tout en remerciant les co-organisateurs, je voudrais convier tous les acteurs partenaires de la mise en œuvre des ODD à faire nombreux le déplacement de Lomé pour que nous puissions partager les expériences et forger la résilience commune face aux nombreux défis mondiaux que sont le changement climatique, les migrations. La question du financement du développement telle que prévue dans le Programme d’Action d’Addis-Abeba reste toujours posée. Dans cet ordre d’idées, le Togo va accueillir du 08 au 10 août prochain « le Forum African Growth Opportunity Act (AGOA) », qui est une opportunité au plan des échanges commerciaux entre l’Afrique et les Etats-Unis d’Amérique.

Je saisis donc l’occasion idéale que m’offre cette tribune onusienne pour inviter les investisseurs du secteur privé moteur de la croissance économique à participer nombreux à ce grand rendez-vous des affaires.

Mesdames et Messieurs
Comme vous le constater, le Gouvernement du Togo, sous le leadership du Président FAURE est déterminé à aller de l’avant dans la réalisation des ODD afin qu’aucun citoyen ne soit laissé pour compte.

Je vous remercié.

 

Partager sur les réseaux

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
WhatsApp